Experts en détection gaz et protection respiratoire
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
portfolio
acf-field
text-blocks

Normes filtration des fumées de soudage

Les fumées de soudage ont une composition complexe, variable selon la nature des métaux (métal de base et métal d’apport) et des procédés de soudage. Elles sont particulièrement nocives pour la santé et peuvent entraîner des pathologies aigües ou chroniques, d’où la nécessité d’un cadre réglementaire sur la filtration des fumées de soudage.

Normes relatives à la filtration des fumées de soudage - GazDetect

Les fumées de soudage présentent des effets néfastes pour la santé et peuvent être à l’origine de pathologies professionnelles. Elles sont composées de particules très fines (de 1 à 5 µm) issues du métal soudé et du métal d’apport et de fumées de soudure particulièrement toxiques issues de la combustion des « polluants » sur les parties à souder. La filtration des fumées de soudage est donc primordiale pour la santé des opérateurs.

Composition des fumées de soudage

La composition des fumées de soudage dépend de nombreux facteurs comme la méthode de soudure (soudure à l’arc, procédés TIG ou MIG), les métaux à souder, le métal d’apport ou la présences de graisses, peintures et solvants sur les parties à souder. sur les parties à souder. Elles forment un mélange nocif pour composé de particules très fines et de gaz toxiques.

Les poussières de soudage

De part leur toxicité et l’extrême petitesse de leur taille (de 1 à 5 µm), les particules et poussières – principalement issues de la combustion des électrodes enrobées de soudure – sont particulièrement nocives pour la santé. Parmi les principales particules solides présentent dans les fumées de soudage, on peut citer les métaux suivants :

  • Le béryllium, le chrome VI ou le cobalt susceptibles de provoquer des fibroses pulmonaires et potentiellement cancérogène.
  • L’aluminium, l’antimoine, le baryum, le cuivre, le magnésium, le manganèse, le molybdène, le nickel, le plomb, le titane, le vanadium, le zinc ou le zirconium, substances irritantes et allergisantes.
  • Le fer, l’étain ou la silice susceptibles de provoquer une surcharge pulmonaire.

Les gaz de soudage

Provenant essentiellement de la décomposition de l’air lors du procédé de soudure, les principaux gaz issus des fumées de soudage présentent un risque important pour la santé. Parmi les principaux, on peut citer : 

*CIRC : Centre International de la Recherche contre le Cancer (dépend de l’OMS Organisation Mondiale de la Santé)

Équipements de captage et de filtration des fumées de soudage

La norme ISO 15012-1:2013Hygiène et sécurité en soudage et techniques connexes, Équipements de captage et de filtration des fumées de soudage – spécifie une méthode d’essai de l’équipement de filtration des fumées de soudure dans le but de déterminer si son efficacité de séparation satisfait aux exigences spécifiées.

Dispositif de captage des fumées de soudage

Afin d’assurer la protection des travailleurs contre les risques d’inhalation des fumées de soudage, il est donc nécessaire de capter ces dernières au plus près de leur source d’émission. La ventilation par aspiration localisée permet de capter les produits dégagés avant qu’ils ne pénètrent dans les voies respiratoires des salariés ou ne soient dispersés dans toute l’atmosphère du local de travail. 

Mise à disposition d’équipements de protection individuelle

Lorsqu’un dispositif de protection collective (ventilation localisée) ne peut être installé ou lorsqu’il s’avère insuffisant, les soudeurs doivent porter un appareil de protection respiratoire. Ils doivent plus précisément se munir d’un masque de protection respiratoire filtrant ou pour les travaux plus pénibles un appareil à ventilation assistée. Dans les cas où le niveau ambiant d’oxygène est appauvri, il sera impératif de porter un appareil de protection respiratoire isolant.

Contactez-nous