Experts en détection gaz et protection respiratoire
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
portfolio
acf-field
text-blocks

Protection antichute, harnais, longes, connecteurs

L’équipement de protection antichute est un EPI de classe 3 soumis à réglementation. Il se compose de 3 éléments indissociable : le harnais de sécurité, un système de liaison et d’un point d’ancrage. Retrouvez dans cet espace un large choix de harnais, enrouleurs, trépieds, treuils pour travaux en hauteur ou en espaces confinés (antichute CATEC)

Protection antichute

Un dispositif de protection antichute est impératif dès lors qu’il y a risque de chute. De nombreux secteurs d’activité doivent faire face aux risques de chutes en hauteur, la construction, le BTP, le travail sur tours, monuments, pylônes, plateformes, échafaudages mais les dispositifs de protection antichute sont aussi imposés dans le secteur de l’eau et de l’assainissement dans le cadre des interventions en espaces confinés (égouts). Le travail en hauteur est d’ailleurs largement abordé dans le cadre de la formation CATEC (certificat d’aptitude à travailler en espaces confinés).

Les EPI de classe 3 – comme les équipements de protection antichute – correspondent aux équipements qui protègent contre les risques graves et mortels. Pour des raisons évidentes de sécurité du personnel, la vérification périodique de ce type d’équipements est obligatoire. Le contrôle des EPI est à réaliser au minimum une fois par an. Chaque vérification prend en compte différents critères de conformité comme le bon fonctionnement de l’équipement, l’état général, la lisibilité du marquage et, dans certains cas, à la date de péremption du produit. Les conditions de stockage sont également examinées.

Le harnais de sécurité ou harnais antichute

Le harnais de sécurité – appelé communément aussi harnais antichute – est l’élément primordial de la protection antichute. Il est constitué de sangles, boucles et autres éléments disposés de sorte qu’il puisse être ajusté de manière appropriée sur le corps de la personne, de la maintenir en cas de chute tout en répartissant les charges qu’elle engendre.

Il doit être le plus confortable possible avec des renforts en mousse au niveau des jambes et des épaules, c’est un aspect à ne surtout pas négliger. Les sangles larges avec cuissards horizontaux sont à privilégier car plus confortables pour l’utilisateur avec moins d’impact sur l’artère fémorale en cas de chute.

En fonction du type d’activité et de l’environnement de travail on distingue plusieurs types de harnais de sécurité :

Le harnais d’antichute (norme EN361)

 Le harnais antichute est un dispositif de préhension du corps destiné à réceptionner une chute éventuelle et maintenir le porteur dans les meilleures conditions en attendant les secours. Les points d’ancrage se situent en position sternale et dorsale pour qu’en cas de chute, le porteur reste dans une position la plus verticale possible.

C’est un harnais 2 points, Il n’est donc pas adapté au maintien au travail, ni aux travaux sur cordes en suspension.

Le harnais antichute et de maintien au travail (normes EN361 et EN358) :

 Le harnais antichute et de maintien au travail est conçu pour stopper une chute grâce aux points d’accroches dorsal ou sternal et le maintien du porteur se fera sur les 2 points d’accroches latérales pour connecter une longe de maintien au travail et assurer au porteur un meilleur équilibre.

C’est un harnais 4 points mais en réalité un 3 points car les deux accroches latérales ne peuvent être utilisés séparément.

Le harnais d’antichute, de maintien au travail et de suspension (normes EN 361, EN 358 et EN 813)

Le harnais d’antichute, de maintien au travail et de suspension possède tous les ancrages du précédent avec en plus un point ventral pour le secours et la suspension.

C’est un harnais 5 point adapté pour la plupart des interventions (arrêt de chute, maintien au travail, travail en suspension, sauvetage) à l’exception des interventions de sauvetage en espace confinés.

Les harnais d’évacuation (EN 1497)

Le harnais d’évacuation reprend la base du 5 points avec en plus 2 boucles sur les épaules permettant de descendre une personne dans un espace confiné ou de l’en extraire. Certains harnais bénéficient de la norme EN 1497 sans avoir de boucles sur les épaules.

C’est le plus complet des harnais de sécurité !

LE SYSTEME DE LIAISON ET D’ABSORPTION D’ENERGIE

 Le système de liaison et d’absorption d’énergie sert à relier le harnais de sécurité au point d’ancrage (longes absorbeurs d’énergie, enrouleurs à rappel automatique, coulisseaux sur corde, etc.). C’est en quelque sorte la ceinture de sécurité du dispositif de protection antichute. Il existe 2 catégories de dispositifs de connexion :

  • La retenue de chute : c’est un dispositif qui empêche les opérateurs de s’exposer au danger. Ce mode de protection est destiné à limiter les mouvements de l’utilisateur afin de l’empêcher d’atteindre des zones où une chute pourrait se produire. Il n’est pas capable d’arrêter une chute de hauteur et ne doit pas être confondu avec un système d’arrêt des chutes, même s’il est mis en œuvre avec des composants qui peuvent sembler similaires.
  • L’arrêt de chute : Ces systèmes sont destinés à permettre à un utilisateur d’atteindre des zones ou des positions où il existe un risque de chute. Ils doivent donc arrêter cette chute si elle se produit, puis assurer la suspension de l’opérateur après l’arrêt de la chute. Ci-dessous, les différents systèmes d’arrêt de chute disponibles :

Longe antichute avec absorbeur d’énergie

Ce système de liaison est constitué d’une longe de 2 m de longueur maximale et de 2 connecteurs. Lorsqu’elle est utilisée sur un point d’ancrage fixe, la longe doit impérativement comporter un absorbeur d’énergie.

Enrouleur à rappel automatique

L’enrouleur à rappel automatique – appelé communément stop chute – est utilisé comme composants de systèmes de liaison du harnais de sécurité à un point d’ancrage fixe, c’est une meilleure alternative à la longe avec absorbeur d’énergie. Il s’agit d’une longe rétractable enroulée sur un tambour comportant un système automatique de tension et de rappel et une fonction de blocage automatique en cas de chute. C’est le même principe qu’une ceinture de sécurité !

La plupart des enrouleurs sont conçus pour fonctionner dans un cône vertical de 30° maximum sous le point d’ancrage ce qui limite leurs conditions d’utilisation. Ils doivent être conformes à la norme EN360.

LE POINT D’ANCRAGE

Pour chaque type d’emploi, de structure et d’industrie, il existe un type d’ancrage différent : trépieds, anneaux de sangles, points d’ancrages IPN, œillets fixes, etc. Tous les ancrages doivent fournir un point de fixation sécurisé – quel que soit le support (acier, béton, murs, toits, etc.) et doivent supporter les contraintes du système de protection antichute.

Ces dispositifs sont souvent fixés durablement sur un bâtiment (toits plats, toits pentus, façades, poutres en béton, etc.) ou sur une infrastructure (machines, voies de cheminement, ponts roulants, éoliennes, etc.). Combinés à l’équipement de protection antichute, ils peuvent être utilisés comme système de sécurité.

Les dispositifs d’ancrage peuvent être conçus en tant que solutions de rétention prévenant une chute ou comme système antichute. Il existe deux principaux types de dispositifs d’ancrage :

  • Les points d’ancrage rigides : ce sont des points d’ancrage uniques avec un seul œillet.
  • Les points d’ancrage mobiles : ce sont des lignes de vie ou des systèmes de sécurisation à rails. L’utilisateur s’y amarre par le biais d’un coulisseau ou d’un chariot antichute. Il peut alors se déplacer librement sur certains tronçons ou sur toute la longueur du dispositif d’ancrage.
Contactez-nous