Experts en détection gaz et protection respiratoire
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
portfolio
acf-field
text-blocks

Bien choisir sa protection respiratoire

Les équipements de protection respiratoire sont des EPI indispensables à la sécurité des travailleurs évoluant en milieux hostiles. Des équipements spécifiques à chaque situation (protection respiratoire filtrante ou isolante) existent et il convient de se poser les bonnes questions pour bien choisir sa protection respiratoire 

Bien choisir sa protection respiratoire

Quelle est l’application ou la situation d’utilisation ?

Les équipements de protection respiratoire se déclinent en sous-groupes possédant chacun leurs caractéristiques pour répondre au mieux à certaines situations. Ainsi, le contexte d’utilisation marque une première étape dans le choix de sa protection respiratoire. Les masques classiques sont destinés aux situations de travail uniquement. Ils permettent d’entrer dans un milieu présentant déjà un risque connu et quantifié.

Les appareils d’évacuation, comme les masques auto-sauveteurs ou les masques de fuite, sont quant à eux destinés aux évacuations, c’est-à-dire pour quitter une zone qui est devenue dangereuse et dont les paramètres ne sont pas toujours connus. (polluants, concentrations etc…). En aucun cas, un équipement ne doit être utilisé pour une situation pour laquelle il n’est pas prévu : situation de travail ou évacuation d’urgence …

 

Schéma sur la protection respiratoire à choisir en fonction du type d'application.

Schéma sur la protection respiratoire à choisir en fonction du type d’application.

Quel est l’environnement d’emploi ? 

Deuxième question à se poser, le lieu d’utilisation. Les espaces confinés sont des lieux peu ou mal ventilés, ils présentent un risque important pour les travailleurs dans la mesure où l’air peut être dépourvu d’oxygène. Un local dépourvu d’oxygène ou à un niveau très faible induit des risques d’asphyxie très importants. Dans ce type d’endroit, un appareil respiratoire isolant est préférable car il apporte une source d’air contenant une teneur en oxygène de 20,9 %.

Pour ce qui est des lieux bien ventilés, ou en extérieur, un équipement dit « filtrant » peut être capable de protéger efficacement les voies respiratoires selon les concentrations de polluants en présence. On pourra alors sélectionner un demi-masque, un masque complet ou un masque à ventilation en fonction des gaz et substances en présence et/ou de la durée de travail (travaux longs, pénibles ou éprouvants).

Choix de la bonne protection respiratoire en fonction de l'environnement d'usage

Choix de la bonne protection respiratoire en fonction de l’environnement d’usage.

Quelle est la concentration d’oxygène ?

La concentration en oxygène est sans doute le facteur le plus important dans le choix d’un équipement de protection respiratoire. Les appareils respiratoires filtrants sont efficaces tant que la concentration en oxygène est strictement supérieure à 19% du volume. Comme leur nom l’indique, ils sont équipés de filtres respiratoires et n’apportent pas d’oxygène.

Si la concentration en oxygène est inférieures à 19% il y a un risque immédiat pour les travailleurs, l’air est considéré comme non respirable et il faut se tourner vers un appareil respiratoire isolant. Ces derniers, par le biais d’un réseau d’air comprimé ou d’une bouteille d’air respirable, apportent de l’air indépendant du milieu comportant 20,9 % d’oxygène.

 

Choix du type de protection respiratoire selon concentration O2

Importance de la concentration en Oxygène dans le choix du bon équipement.

Quelle est la nature du polluant :

Une fois la situation d’emploi définie et la concentration en oxygène mesurée, la nature du polluant est à prendre en compte. Cette question doit se poser pour le choix de la protection respiratoire, mais surtout pour le filtre à sélectionner. Si la nature du polluant est inconnue, une protection des voies respiratoires filtrante est formellement proscrite. Le choix du filtre ne saurait être pertinent, il faut donc privilégier un appareil respiratoire autonome.

⇒ Voir la page « Sélection filtre pour masque gaz »

  • Pour les particules solides et liquides (plomb, amiante, fibres céramiques, aérosols), particules radioactives et hautement toxiques, bactéries et virus (grippe aviaire, grippe A/H1N1, SRAS, tuberculose, virus Ebola), on recommandera un filtre à particule (lettre P), idéalement de niveau 3 (P3) avec une filtration jusqu’à 99,97 % des substances traversant le filtre.
         
  • Les filtres anti-gaz se déclinent en plusieurs sous-catégories spécifiées par une lettre (A, B, E, K et Hg). Attention cependant, certains gaz et vapeurs sont irritants pour les yeux (comme le chlore par exemple), dans ce cas, les demi-masques ne peuvent être employés car ils n’apportent aucune protection faciale complète, ou doivent être complétés avec une protection oculaire.

Choix de la protection respiratoire adaptée, en fonction de la nature du polluant

Choix de la protection respiratoire adaptée, en fonction de la nature du polluant.

Quelle est la concentration du polluant :

La concentration du polluant joue un role essentiel sur le type de protection respiratoire à choisir. La concentration maximum admissible est renseignée par rapport à sa VLEP (valeur limite d’exposition professionnelle). 

  • Si le polluant est filtrable, une protection respiratoire filtrante permet de protéger efficacement les voies respiratoires. Lorsque la concentration de ce dernier est inférieure à 30 fois la VLEP, un masque à gaz est suffisant. Si la quantité du contaminant dans l’air est comprise entre 30 et 60 fois la VLEP, un appareil à ventilation assistée est à privilégier. Ces derniers génèrent une légère surpression dans la coiffe de tête empêchant les polluants extérieurs de pénétrer dans le masque ou la cagoule à ventilation assistée.
       
  • Si la concentration du polluant est supérieure à 60 fois sa VLEP, les filtres ne sont plus efficaces, le temps de claquage est bien trop rapide pour permettre une situation de travail. L’air est considéré comme irrespirable et il faut donc privilégier une source d’air indépendante du milieu, ce qui propose un appareil respiratoire isolant ou un masque à adduction d’air. Dans le cas où la concentration du polluant est inconnue, un appareil respiratoire isolant est préférable.
      

Protection respiratoire adapté aux concentrations du polluant

Protection respiratoire adapté aux concentrations du polluant.

La dernière question qui pourrait se poser concerne pour les situations de travail, la durée et l’effort physique. En effet, la législation du travail préconise de passer en ventilation assistée pour les travaux dépassant une heure.

  • Les appareils à ventilations assistée, de par leur fonctionnement à pression positive (l’air est envoyé grâce à un moteur dans la cagoule ou le masque) apportent plus de confort et de sécurité et sont donc plus adaptés aux longs travaux et/ou nécessitant un effort physique non négligeable. Dans le cas contraire un masque gaz à pression négatif, où l’effort respiratoire revient au porteur, est suffisant (<1 heure).
       
  • Cette question se pose aussi dans le choix de la bonne protection respiratoire isolante. Les appareils respiratoires isolants sont à privilégier pour les courtes interventions, du fait du poids de la bouteille d’air comprimé et de volume d’air respirable. Pour les longs travaux, un système à adduction d’air, apporte une quantité d’oxygène théoriquement illimitée pour un poids au niveau du porteur quasi-nul.

Schéma récapitulatif du choix de la protection respiratoire :

Choisir la bonne protection respiratoire

Récapitulatif des éléments à prendre en compte pour choisir la bonne protection respiratoire.

Contactez-nous