Experts en détection gaz et protection respiratoire
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
portfolio
acf-field
text-blocks

Protection respiratoire contre les vapeurs et fumées liées à la soudure.

Quelle que soit leur nature, les fumées dues au soudage sont classée depuis 1990 par le CIRC (Comité International de Recherche contre le Cancer) comme agents cancérogènes.

Dangerosité des fumées de soudage

La fumée liée à la soudure est dangereuse et toxique car le métal à souder n’est jamais entièrement propre. La présence de graisse, de peinture ou de fines particules génère des agents hautement cancérogènes tels que le formol ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques (appelés HAP).

Ces fumées se distinguent en deux phases. La première est la phase gazeuse, qui résulte de la décomposition de l’air (émergence de CO, CO2, ozone, vapeurs nitreuses, etc.). La seconde est la phase particulaire, formée de fumées et poussières inhalables qui proviennent des métaux soudés et/ou d’apport mais aussi de l’électrode sous forme d’oxyde d’aluminium ou chrome.

Protection contre les fumées de soudage

Pour pallier à ces agents cancérogènes il existe trois types de protection respiratoire adaptée à la spécificité des besoins liés à l’activité de soudure :

Les masques gaz pour soudure : Légers et ergonomiques, ils offrent une protection respiratoire filtrante d’une grande efficacité pour les travaux occasionnels ou de courte durée. Ce sont des appareils dits à pression positive, c’est à dire que c’est le porteur qui effectue l’effort respiratoire.

Les appareils à ventilation assistée pour soudure : Idéals pour les travaux de longue durée, du fait du système à pression positive qui envoie de l’air respirable dans la cagoule, ces appareils sont néanmoins à utiliser lorsque la concentration en oxygène est supérieure à 19,5%.

Les appareils autonomes pour soudage : essentiellement utilisés pour travailler en espaces confinés (puits, regards, fosses, vides sanitaire, conduites, réservoirs, cuves, égouts, etc.) lorsque l’atmosphère n’est pas respirable (concentration en oxygène inférieure à 19,5%). Ils se déclinent en deux catégories, les appareils respiratoires isolants et les appareils à adduction d’air. La première catégorie est idéale pour les courts travaux et la seconde pour les travaux plus longs et fatigants.

Détection de gaz par tubes réactifs
Le formaldéhyde, un COV très toxique

Postez un commentaire

*

Contactez-nous